L'Espace Enfance Famille

le lieu Caf dédié aux parents, enfants, famille de Vaucluse


Poster un commentaire

Communication non violente : au commencement, les émotions !

La Communication Non Violente (CNV) est désormais connue et reconnue en France. C’est une méthode fondée sur des qualités telles que l’empathie, la compassion et le respect. Elle permet le langage des émotions avant tout. C’est pourquoi elle est particulièrement bien adaptée à l’éducation des enfants.

L’association DECLIC – CNV & EDUCATION, qui a pour vocation de contribuer à une éducation et un accompagnement respectueux de l’enfant dans les familles et dans les structures d’accueil, encourage cette approche développée par Marshall Rosenberg. Elle œuvre pour la rendre accessible à toute personne en relation directe avec des enfants et des jeunes, ou ayant une action les concernant (parents et professionnels de l’éducation). En savoir plus.

La CNV est aussi au coeur des préoccupations des CAF. En mars 2017 déjà, elle était présentée dans l’émission « Vies de famille » : Bien grandir avec l’éducation bienveillante.


Poster un commentaire

Les lieux d’accueil favorisent le développement du langage

Selon une large recherche française, le développement du langage chez les enfants de 2 ans dépend de facteurs socio-économiques, notamment s’ils fréquentent ou non un lieu d’accueil.

Elle repose sur les données récentes de l’Étude longitudinale française depuis l’enfance (Elfe), une enquête nationale suivant une cohorte de plus de 18 000 enfants depuis leur naissance en 2011 en France métropolitaine (Lire notre article du 24/12/2018)… Selon les résultats observés, les enfants développent des aptitudes langagières différentes selon le niveau d’étude des parents… Concernant les modes d’accueil, l’étude constate que les enfants gardés en crèche ou par une assistante maternelle ont acquis un vocabulaire plus riche que ceux gardés par les parents ou les grands-parents…Lire la suite.

Retrouvez tous les modes d’accueil (crèches, assistantes maternelles, lieux d’accueil enfants-parents…) à proximité de chez vous sur www.mon-enfant.fr


Poster un commentaire

Réunions d’information maternité au centre hospitalier d’Orange

Pour répondre à toutes vos questions, la Caisse primaire d’assurance maladie de Vaucluse vous invite à participer à une réunion d’information et d’échanges sur la grossesse et l’arrivée de bébé, pour tout savoir et aborder les démarches administratives en toute sérénité :

  • informations en matière de suivi médical de grossesse et de prévention des facteurs de risque,
  • conseils pratiques sur l’alimentation, l’alcool, le tabac, les médicaments, adresses utiles…

C’est également l’occasion de rencontrer et d’échanger avec d’autres parents… Les futurs papas sont les bienvenus !

Choisissez votre date et inscrivez-vous dès maintenant en téléphonant au 36 46.


Poster un commentaire

Accompagner l’enfant en situation de handicap dès son plus jeune âge

« Handicap, agir tôt » est le nom de la campagne de sensibilisation que lance l’Anecamsp. Cette association nationale regroupe parents et professionnels intervenant dans le secteur médico-social auprès d’enfants de moins de 6 ans. Son objectif ? Promouvoir un accompagnement adapté aux enfants handicapés pour leur permettre un développement et une inclusion optimaux.

30 à 40 mille enfants de moins de 7 ans ne seraient pas accompagnés alors que leur handicap nécessiterait qu’ils soient pris en charge. C’est du moins l’estimation faite en août dernier par le Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA). Résultat : ces enfants ne peuvent développer tout leur potentiel et se voir inclus, dans les meilleures conditions, à l’école ou dans les autres structures de la petite enfance.

Plus d’infos.


Poster un commentaire

Accueil et scolarisation des 0-6 ans en situation de handicap : le rapport

Le Haut conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge a remis le 29 août son rapport sur l’accueil et la scolarisation des enfants en situation de handicap de moins de 7 ans.

Alors que 60.000 à 70.000 enfants seraient actuellement suivis, 30.000 à 40.000 enfants supplémentaires auraient besoin d’un accompagnement précoce. Pour relever ce défi, le HCFEA formule des propositions pour mobiliser davantage les assistantes maternelles, développer les accueils mixtes et diminuer l’accueil à temps partiel, systématiser les projets personnalisés d’accueil ou de scolarisation, s’appuyer sur le périscolaire ou encore soutenir les parents et les fratries.

Plus d’infos.


Poster un commentaire

« Première grossesse : comment bien la préparer ? », la nouvelle émission de Vies de famille

Vous venez d’apprendre la bonne nouvelle : vous attendez votre premier enfant ! Si cette annonce est un heureux événement, elle peut aussi générer du stress et des angoisses : Quel suivi médical ? Quelles démarches administratives faut-il accomplir impérativement ? Comment s’organiser our accueillir au mieux le futur bébé ?

Au sommaire :

  • deux expertes en plateau : Anna Roy (sage-femme à Paris) et Carole Favre (référente prestations familiales à la Caf de Loire-Atlantique)
  • des micro-trottoirs
  • un reportage sur les démarches à la Cpam
  • un reportage sur le yoga prénatal
  • et comme toujours, la minute Récaf sur les démarches à effectuer pendant sa grossesse, notamment auprès de la Caf

Regardez l’émission.


Poster un commentaire

Parents bénéficiaires de la PreParE : savez-vous que votre aide peut être prolongée ?

Depuis le 1er janvier 2018, la législation offre la possibilité aux familles de prolonger la Prestation partagée de l’éducation de l’enfant au-delà de 3 ans (sous conditions de ressources) lorsqu’elles n’ont pas trouvé de mode d’accueil.

Quelles sont les conditions à remplir ?

  • La PreParE prolongée concerne les familles ayant 2 enfants à charge ou plus,
  • la PreParE doit être en cours de versement le mois qui précède les 3 ans de l’enfant. Les conditions pour accorder la prolongation sont examinées ce même mois,
  • vous devez avoir fait une demande d’inscription à l’école maternelle ou en crèche qui a été refusée,
  • vous devez disposer de ressources qui sont inférieures ou égales au plafond de ressources du complément familial dont les montants sont les suivants (pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2018) :

plafonds de ressources PreParE

Quelles démarches dois-je effectuer ?

  • Vous devez avoir confirmé ou modifié votre situation professionnelle (et celle de votre conjoint) sur caf.fr > Espace Mon Compte > Rubrique Mes démarches > Déclarer un changement,
  • puis vous devez faire la demande de prolongation PreParE auprès de votre Caf, par lettre simple, en déclarant sur l’honneur que l’inscription de votre enfant dans un établissement d’accueil ou à l’école maternelle a été refusée et que vous souhaitez bénéficier de la PreParE prolongée.

Quel est le montant de la PreParE prolongée ?

Les montants sont identiques à ceux de la PreParE :

  • 392,09 € en cas de cessation totale d’activité,
  • en cas d’activité à taux partiel : 253,47 €/mois pour une durée de travail inférieure ou égale à un mi-temps OU 146,21 €/mois pour une durée de travail comprise entre 50% et 80%.

IMPORTANT : La prolongation du droit à la PreParE n’est pas systématique, vous devez en faire la demande auprès de la Caf.


Poster un commentaire

Les lieux d’accueil enfants-parents

Les lieux d’accueil enfants-parents (Laep) sont les héritiers de la Maison Verte, créée en 1979 à Paris par la psychanalyste Françoise Dolto. Il s’agissait alors d’imaginer  « un lieu de rencontres et de loisirs pour les tout-petits avec leurs parents. Un lieu pour une vie sociale dès la naissance et pour les parents parfois très isolés devant les difficultés quotidiennes ». Face au succès rencontré par la Maison Verte, ces structures se sont multipliées, à l’initiative de collectivités ou d’associations.

Apprendre la socialisation

Les Laep sont restés fidèles à l’esprit d’origine. Ils sont ouverts aux enfants de moins de six ans, accompagnés de leur(s) parent(s) ou d’un adulte familier (par exemple l’assistante maternelle), qui demeurent présents durant toute la durée de l’accueil. En effet, un Laep n’est pas une crèche ou une halte-garderie.

Aux enfants, ils proposent des jeux et des activités adaptés à leur âge. Pour ceux qui ne fréquentent pas une structure collective ou sont encore trop jeunes pour l’école maternelle, c’est l’occasion d’apprendre la socialisation et d’entrer en relation avec les autres. Pour les parents, c’est l’occasion d’échanger, de poser des questions sur l’éducation, le développement de l’enfant… Les échanges se font entre parents, mais aussi avec un « accueillant », professionnel de la petite enfance, qui écoute et conseille en toute confidentialité.

Financés par les Caf et les communes

Les Laep sont le plus souvent gratuits – grâce à des financements de la Caf et de la commune – mais il est possible qu’une participation symbolique vous soit demandée.

Les horaires et les modalités de fonctionnement varient selon les lieux. Pour connaître les Laep proches de chez vous, rendez vous sur le site des Caf dédié à l’accueil de la petite enfance : mon-enfant.fr (rubrique « Je recherche »).


Poster un commentaire

Tout-petits : quel âge pour entrer à l’école ?

Votre enfant a 2 ans et l’école maternelle accepte de l’accueillir… mais vous hésitez encore. Est-il prêt ou vaut-il mieux encore attendre ?

Si certaines écoles maternelles acceptent les tout-petits dès l’âge de 2 ans, la maturité de l’enfant est une composante importante à prendre en compte avant de franchir le pas.

Pour le professeur Bernard Golse, pédopsychiatre, chef de service à l’hôpital Necker, « les acquisitions proviennent de l’enfant (marcher, se tenir assis…). L’apprentissage, lui, vient de l’extérieur. Pour apprendre, et donc intégrer l’école à bon escient, l’enfant doit avoir acquis sa sécurité interne ». Cette étape essentielle de son développement survient en général vers 2 ans et demi.
Trois éléments permettent d’évaluer cette sécurité interne, selon Bernard Golse. L’enfant dit « je » au lieu de « moi », il emploie le « oui », et il arrive à dessiner des ronds bien fermés. Ces signes montrent que l’enfant s’est bien sécurisé, qu’il se perçoit comme une personne à part entière.
A partir de ce moment, l’acquisition est possible car l’enfant accepte ce qui vient de l’extérieur. Avant, les tout-petits ont davantage besoin d’attention, de protection et d’affection, que les effectifs importants des classes ne peuvent pas toujours leur offrir.
« Si un enfant de 2 ans est prêt, il peut tirer profit d’une intégration précoce à l’école maternelle. S’il ne l’est pas, cela risque de renforcer ses difficultés », précise Bernard Golse. À vous d’apprécier la maturité de votre petit et de faire le meilleur choix pour lui.