L'Espace Enfance Famille

le lieu Caf dédié aux parents, enfants, famille de Vaucluse


Poster un commentaire

6e édition vauclusienne de la journée des DYS

La Mdph de Vaucluse et ses partenaires associatifs vous proposent deux manifestations pour mieux connaître les troubles DYS, mais aussi pour mieux comprendre ces troubles de l’apprentissage.

  • Samedi 7 octobre de 14h à 17h à Châteauneuf de Gadagne (salle de l’Arbousière)

Forum ateliers rencontres autour de l’estime de soi, les devoirs à la maison, les parcours et les aménagements scolaires, les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité, la dyspraxie, la dyscalculie, la dysplasie, la dyslexie, la dysorthographie… Se rencontrer pour mieux répondre aux besoins des enfants, adolescents, jeunes adultes avec des troubles DYS.

  • Samedi 14 octobre à 10h30 au cinéma Le Rivoli (Carpentras) : projection du film « Ma DYSférence »

Soutenu par les responsables du Groupe de Paroles et de Soutien des DYS (D. Goy et N. Koenig), le réalisateur Loïc Paillard, responsable des ateliers multimédias de la ville de Dieppe, est allé à la rencontre de familles, d’enseignants et de professionnels de santé pour susciter leur témoignage. L’espoir n’est jamais loin car les prises en charge permettent l’accompagnement de l’enfant, le développement des apprentissages avec de belles réussites. Le film sera suivi d’un débat animé par des professionnels des associations AVITA-RésoDys, APEDYS et la MDPH.


Poster un commentaire

Shantala, un art traditionnel : le massage des enfants

L’Espace Enfance Famille vous invite à découvrir l’excellent livre du gynécologue-obstétricien Frédéric Leboyer.

« Les semaines qui suivent la naissance sont comme la traversée d’un désert. Désert peuplé de monstres : les sensations nouvelles qui du dedans montent à l’assaut du corps de l’enfant. Après la chaleur du sein maternel, après la folle étreinte qu’est la naissance, la solitude glacée du berceau. Et puis surgit un fauve, la faim qui mord le bébé aux entrailles. Ce qui affole le malheureux enfant ce n’est pas la cruauté de la blessure. C’est sa nouveauté. Et cette mort du monde alntours qui donne à l’ogre des proportions immenses. Comment calmer une telle angoisse. Nourrir l’enfant ? Oui mais pas seulement de lait il faut le prendre dans les bras. Il faut le caresser, le bercer. Et le masser. Ce petit, il faut parler à sa peau il faut parler à son dos qui a soif et faim autant que son ventre. Dans les pays qui ont conservé le sens profond des choses les femmes savent encore tout cela. Elles ont appris de leur mère, elles enseigneront à leurs filles cet art profond, simple et très ancien qui aide l’enfant à accepter le monde et le fait sourire à la vie. »

Une excellente analyse de ce livre a été éditée par l’Ecole Française de Massage.

Frédéric Leboyer, illustre défenseur de l’accouchement en douceur, a écrit de nombreux ouvrages où il évoque cette relation qui unit la mère à son enfant, la qualifiant de relation amoureuse.


Poster un commentaire

L’Anses actualise les repères de consommations alimentaires pour la population française

L’Anses publie a publié le 23 janvier 2017 ses avis et rapports relatifs à l’actualisation des repères de consommations alimentaires pour la population française adulte.

Les travaux de l’Agence conduisent à des évolutions fortes au regard des recommandations antérieures. Elles portent en particulier sur une consommation renforcée et régulière de légumineuses (telles que les lentilles, fèves ou pois chiches), la nécessité de privilégier les produits céréaliers les moins raffinés (telles que les pains, pâtes et riz complets ou semi-complets), ainsi que l’intérêt de favoriser la consommation d’huiles végétales riches en acide alpha-linolénique (telles que les huiles de colza et de noix).

Les consommations de fruits et légumes restent cruciales et doivent être renforcées en privilégiant les légumes. L’Anses souligne également que la consommation de boissons sucrées (de type soda ou jus de fruits) doit être inférieure à un verre par jour.

Enfin, l’Agence insiste sur la nécessité de réduire considérablement la consommation de charcuteries (telles que le jambon, saucisson, saucisse, pâté, etc.) afin qu’elle ne dépasse pas 25 g par jour. La consommation de viandes hors volailles (telles que le bœuf, porc, agneau, etc.) devrait quant à elle ne pas dépasser 500 g par semaine. L’intérêt d’une consommation bihebdomadaire de poissons, dont un poisson gras (tel que la sardine, le maquereau, etc.), est réaffirmé.


Poster un commentaire

La cuisine, lieu de tous les dangers

La cuisine recèle de nombreux risques, surtout pour les enfants. Une pincée de bon sens, une bonne dose de vigilance, le tout agrémenté de quelques réflexes : voici la recette de la sécurisation de la cuisine. À vous de jouer !

 

Stop aux brûlures

Four, plaques électriques et gazinière, casseroles et poêles, robinet d’eau chaude : autant de dangers pour les plus petits. Un conseil : ne laissez jamais votre enfant seul dans la cuisine et expliquez-lui les risques qui l’entourent. Pour parer à tout accident, optez pour un four à porte isotherme ou équipez-le d’une grille ou d’une porte de protection.
Dotez votre cuisinière d’un protège-plaques ou d’un protège-flammes. Veillez, en outre, à orienter les manches des casseroles et des poêles vers le mur.
Autre réflexe à adopter : ne posez jamais de récipient contenant des liquides brûlants, ni de plats chauds sur le rebord de la table ou du plan de travail. Et faites attention au biberon chauffé au micro-ondes !

L’électricité en toute sécurité

Les petits appareils électroménagers (mixeur, couteau électrique…) peuvent aussi se révéler redoutables. Débranchez-les et rangez-les dans un endroit sûr pour éviter, coupures ou ingestion de petits composants.
Pensez à installer des prises électriques à éclipse ou des cache-prise de type « ventouse » ou « à clé ». Gare également aux rallonges qui peuvent causer de graves brûlures lorsqu’elles sont portées à la bouche.
Enfin, assurez-vous toujours d’acheter du matériel électrique aux normes CE ou NF.

Produits ménagers, au placard !

Poudre pour lave-vaisselle, eau de javel, white-spirit ou encore, alcool à brûler doivent toujours rester hors de portée de votre enfant pour prévenir les intoxications. Rangez-les après utilisation et munissez de fermetures sécurisées les portes de vos placards.
Privilégiez les bouteilles avec des bouchons de sécurité et ne transvasez jamais un produit d’entretien dans une bouteille d’eau par exemple.

Halte aux chutes et à l’étouffement

Les fenêtres, même fermées, présentent un danger. Pour éviter les défenestrations, un enfant ne doit jamais être laissé sans surveillance près d’une fenêtre ou sur un balcon.
De même, ne jamais disposer de meubles ou d’objets à proximité, qu’il pourrait escalader. Si nécessaire, fixez des grillages de protection. Attention aussi aux chutes de la chaise haute et aux coins de table.
Enfin, jusqu’à cinq ans, les enfants ne savent pas croquer et mâcher correctement. À vous de soustraire à leur curiosité et à leur gourmandise raisins, biscuits ou encore amuse-gueules pour limiter tout risque d’asphyxie.


Poster un commentaire

Carnet de santé : pour un bon suivi médical des enfants

Délivré au moment de la naissance par un officier de service public de la mairie ou de l’hôpital, le carnet de santé contient tout ce qui peut être utile pour le suivi médical de l’enfant, jusqu’à ses 18 ans.

Dans un premier temps, il sert de dossier d’accouchement. Il permet aux médecins, à la Protection maternelle et infantile (Pmi) ou aux urgences d’avoir accès à toutes les informations périnatales nécessaires au suivi médical du nourrisson.

Classé secret médical, il retrace également les examens spécialisés que l’enfant a pu subir, afin de permettre une prise en charge globale et continue, même en cas de déménagement. Ce support complet accompagne les visites mensuelles chez le médecin auxquelles le nourrisson est soumis jusqu’à ses 6 mois.

Lorsque les rendez-vous s’espacent peu à peu, jusqu’à l’anniversaire des 3 ans, l’analyse des courbes de croissance permet de faire un suivi du développement de l’enfant et de dépister certaines maladies. Les examens cliniques permettent, quant à eux, de repérer les troubles du développement psychomoteur.

C’est aussi dans le carnet de santé que sont rassemblés les premiers examens bucco-dentaires et le calendrier de vaccination. Il présente en effet deux doubles pages dédiées aux vaccins, dont la photocopie fait office de certification de vaccination. Pour une inscription à l’école ou dans toute autre collectivité, seule la présentation de ces pages peut être requise.


Poster un commentaire

Réunions d’information maternité au centre hospitalier de Carpentras

Pour répondre à toutes vos questions, la Caisse primaire d’assurance maladie de Vaucluse vous invite à participer à une réunion d’information et d’échanges sur la grossesse et l’arrivée de bébé, pour tout savoir et aborder les démarches administratives en toute sérénité :

  • informations en matière de suivi médical de grossesse et de prévention des facteurs de risque,
  • conseils pratiques sur l’alimentation, l’alcool, le tabac, les médicaments, adresses utiles…

C’est également l’occasion de rencontrer et d’échanger avec d’autres parents… Les futurs papas sont les bienvenus !

Choisissez votre date et inscrivez-vous dès maintenant en téléphonant au 36 46.


Poster un commentaire

Canicule et fortes chaleurs : agir pour prévenir les risques

En cas de canicule, quels sont les bons gestes de prévention ?

> Se protéger avant

  • Les personnes âgées, isolées ou handicapées peuvent se faire connaître auprès des services municipaux pour figurer sur le registre communal afin que des équipes d’aide et de secours puissent leur venir en aide en cas de vague de fortes chaleurs.
  • S’organiser avec les membres de sa famille, ses voisins pour rester en contact tous les jours avec les personnes âgées, isolées ou fragiles.
  • Ne pas hésiter à demander conseil à son médecin, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple).

> Se protéger pendant (pour tous)

  • boire régulièrement de l’eau ;
  • mouiller son corps et se ventiler ;
  • manger en quantité suffisante ;
  • éviter les efforts physiques ;
  • ne pas boire d’alcool ;
  • maintenir son habitation au frais en fermant les volets le jour ;
  • passer du temps dans un endroit frais (cinéma, bibliothèque, supermarché…) ;
  • donner et prendre des nouvelles de ses proches.

> Se protéger après

  • Si l’on ressent le moindre inconfort, ne pas hésiter à demander de l’aide à ses voisins et, si nécessaire, à contacter son médecin traitant ou le centre 15 (SAMU) en cas d’urgence.
Plate-forme téléphonique « canicule info service » 0 800 06 66 66 (appel gratuit) accessible tous les jours, de 9h00 à 19h00


Poster un commentaire

Perturbateurs endocriniens : nos enfants sont contaminés

Une étude de « 60 Millions de consommateurs » a analysé les cheveux de 43 enfants de 10 à 15 ans. Ils sont tous contaminés par des perturbateurs endocriniens.

Une traque sans relâche

Depuis plusieurs années, 60 Millions traque sans relâche les perturbateurs endocriniens, suspectés ou avérés, présents dans les aliments, les cosmétiques et produits d’hygiène (maquillage pour enfants, couches-culottes, lingettes pour bébés…) et beaucoup d’autres produits du quotidien (couettes, vêtements…). Cette fois-ci, le protocole consistait à détecter les contaminants dans les cheveux. Parce que le cheveu est irrigué à la racine par des vaisseaux sanguins, il se charge de composés auxquels le corps est exposé.

Jusqu’à 54 contaminants différents chez un même enfant

Tous les enfants de l’étude sont contaminés : jusqu’à 54 perturbateurs endocriniens différents chez un même enfant.

Retrouvez le détail de l’étude « Perturbateurs endocriniens : nos enfants contaminés », et le guide qui vous permettra de les éviter au maximum dans la vie de tous les jours, dans le n° 526 de 60 Millions de consommateurs (mai 2017).

Couverture du n°526 sur les perturbateurs endocriniens


Poster un commentaire

Vaccination : êtes-vous à jour ?

Chaque année, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) organise la Semaine de la vaccination, destinée à informer et sensibiliser le public. L’événement a lieu du 23 au 29 avril 2017.

A cette occasion, le ministère de la Santé a publié le nouveau calendrier des vaccinations, avec quelques nouveautés…

Retrouvez aussi le calendrier simplifié publié par l’Inpes.