L'Espace Enfance Famille

le lieu Caf dédié aux parents, enfants, famille de Vaucluse


Poster un commentaire

Zéro alcool pendant la grossesse

Le plus souvent, les femmes enceintes arrêtent spontanément leur consommation d’alcool. Néanmoins, un tiers des femmes consomment encore occasionnellement des boissons alcoolisées et 3,2% ont consommé, au moins une fois, plus de 3 verres en une occasion pendant leur grossesse.

Pour certaines, l’arrêt total de la consommation d’alcool n’est pas toujours possible. Dans ce cas, un suivi personnalisé de leur santé et plus attentif de leur grossesse est nécessaire. Il est donc fondamental de les aider à se signaler auprès des professionnels de santé, ou de les amener à en parler avec la personne qui suit leur grossesse.

Afin de répondre à leurs questions, de les soutenir et de les accompagner dans leur démarche, Santé publique France rappelle que le dispositif Alcool info service est accessible au public :

  • par téléphone au 0 980 980 930 (appel anonyme et non surtaxé), 7 jours sur 7, de 8h à 2h
  • via le site internet Alcool-info-service (chat, forums, annuaire des structures spécialisées en addictologie).


Poster un commentaire

Les incroyables bienfaits de la sieste, pour les petits comme pour les grands !

Aujourd’hui, plutôt que de redonner au sommeil sa place légitime, on le sacrifie sur l’autel du travail, ou on le dresse à coups de mélatonine et de somnifères. Des millions de personnes luttent chaque jour contre un manque de sommeil chronique qui les épuise, use leur organisme et menace leur santé : 20 % de la population française perd ainsi chaque nuit 90 minutes de sommeil. Pour y remédier, une seule solution : dormir. Et dans nos sociétés suractives, un seul antidote, qui plus est naturel : la SIESTE.

Dans son ouvrage « Sauvés par la sieste », le neuroscientifique Brice Faraut, spécialiste du sommeil, nous explique tous les bienfaits de cette pratique. D’abord, l’auteur décrit avec précision comment et pourquoi nous dormons. Ensuite, à grand renfort d’enquêtes, il dresse le constat d’une planète en dette criante de sommeil, avec de nombreuses conséquences négatives : sur la santé, sur la vigilance, sur l’humeur, sur la sensibilité à la douleur… Enfin, il montre comment la sieste peut en partie réparer ces dégâts – étant entendu que cela reste une « médecine de poche », qui ne doit pas faire oublier la nécessité de soigner ses nuits.

Le blog recommande vivement cet essai qui nous donne les outils théoriques et pratiques pour maîtriser ce petit moment de pause bienfaiteur.


Poster un commentaire

10 octobre : journée nationale des troubles DYS

A l’occasion de la journée nationale des troubles DYS, la Maison départementale des personnes handicapées de Vaucluse et ses partenaires associatifs vous proposent :

le 10 octobre, la projection du film « Ma DYSférence », suivie d’échanges avec des associations et des professionnels :

  • à 18h au cinéma Le César d’Apt
  • à 19h30 à l’amphithéâtre de la cité scolaire de Vaison la Romaine

le 12 octobre, de 14h à 17h, au centre socio culturel de Jonquières, quatre ateliers à destination des parents, avec des professionnels et des associations spécialisées dans les troubles de l’apprentissage (entrée libre) :

  • Comment aider mon enfant en lecture et en calcul ?
  • Comment aider mon enfant à apprendre ?
  • Comment aider mon enfant à se débrouiller au quotidien ?
  • Comment rester positif et confiant avec mon enfant ?


Poster un commentaire

Maladies sans diagnostic : pour rompre l’isolement

Leurs enfants sont malades mais aucun médecin ne peut mettre un nom sur leurs symptômes. Les parents d’enfants sans diagnostic souffrent d’un grand isolement.

Pour leur venir en aide, deux mères de famille, elles-mêmes confrontées à ces difficultés, ont créé une association : ASDU (Sans diagnostic et unique), la première de ce genre en France.

L’objectif est d’apporter aux familles un soutien moral au quotidien par le biais d’une écoute téléphonique et d’un forum de discussion. Mais aussi de les orienter vers des centres de références de prises en charge des maladies rares afin de trouver des solutions thérapeutiques.


Poster un commentaire

Un réseau social pour les parents d’enfants différents

Être parent d’un enfant porteur de handicap, c’est difficile. Plus dur encore à gérer : la complexité du quotidien, le labyrinthe des démarches et devoir sans cesse rechercher les informations.

Parce qu’elle a elle-même affronté ce parcours du combattant, Juliette Lacronique a créé e-Norme, une communauté d’entraide et d’échanges entre familles confrontées au handicap. Interview.


Poster un commentaire

La sédentarité : un problème de santé publique mondial

Depuis 2012, lʼinactivité physique est devenue la première cause de mortalité évitable dans le monde, responsable de plus de décès que le tabagisme. Selon lʼOrganisation Mondiale de la Santé, la sédentarité est devenu un problème de santé publique mondial. Lʼinactivité physique est responsable à elle seule de 10 % des décès en Europe. A lʼinverse, lʼactivité physique peut diminuer significativement la mortalité précoce.

L’OMS a mis au point les Recommandations mondiales en matière d’activité physique pour la santé dans le but de fournir aux décideurs politiques nationaux et régionaux des indications sur la relation dose/effet entre la fréquence, la durée, l’intensité, le type et la quantité totale d’activité physique nécessaire pour prévenir les maladies non transmissibles.


Poster un commentaire

« Slime » : mise en garde contre cette pâte gluante que les enfants adorent

C’est la star des cours de récréation. Le « slime », cette pâte à malaxer gluante et élastique, cartonne également sur YouTube où le terme renvoie à environ 24 millions de résultats, dont un bon nombre de vidéos dédiées à la meilleure manière de la fabriquer soi-même à partir de produits ménagers du quotidien (lessive, colle à papier et colorants).

C’est justement contre les dangers de cette pratique que les autorités sanitaires françaises alertent les utilisateurs. Plusieurs cas d’atteintes de la peau et des ongles (brûlures, rougeurs, eczéma, démangeaisons) liés à la fabrication de « slime maison » ont été observés, s’inquiète l’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire nationale (Anses).

En savoir plus.


Poster un commentaire

Des activités sportives pour TOUS !

La volonté de permettre à l’ensemble des citoyens de pratiquer du sport n’est pas nouvelle. La création de la première fédération sportive remonte à 1907. Depuis, ce principe du sport pour tous est resté ancré dans les politiques publiques.

Aujourd’hui, c’est la Fédération Française Sports Pour Tous qui se charge de cette mission. Reconnue d’utilité publique en 1973, elle compte plus de 200 000 licenciés auprès de 3 000 clubs affiliés. Si elle joue un rôle important dans le sport pour tous, le principe va au-delà. L’idée est de permettre l’activité sportive à tout âge, pour tout milieu social ainsi que pour tout état de santé. C’est dans ce cadre, par exemple, que sont développées des activités adaptées aux séniors et aux très jeunes, aux personnes atteintes d’affections de longue durée, en milieu carcéral ou encore aux personnes handicapées. La pratique est également créée dans un but inclusif, mélangeant les jeunes et les séniors, les valides et les handicapés… Le sport retrouve alors toute sa dimension sociale.

Tournés autour de la convivialité, des rencontres, de la solidarité et du partage, les clubs Sports pour Tous proposent la pratique de près de 150 activités différentes.

Envie d’essayer ou d’inscrire vos enfants ?

Le site officiel de la FFSPT vous permet de trouver le club qui vous convient, en triant pas type d’activité ou encore par département :   https://www.sportspourtous.org/fr/trouver-un-club-sport.html


Poster un commentaire

Nutrition : les enfants consomment trop de sucre dès le plus jeune âge

L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) constate que la consommation de sucre est excessive chez la majorité des enfants, et particulièrement préoccupante chez les plus jeunes : c’est le cas  pour 75 % des 4-7 ans, 60 % des 8-12 ans et 25 % des 13-17 ans.

Attention à certains produits !

L’Anses recommande de limiter les boissons sucrées – jus de fruits compris – et les pâtisseries-biscuits-gâteaux, trop fréquents en particulier au goûter. Des produits laitiers natures, des fruits frais, des fruits à coque (noix, amandes…) et de l’eau peuvent les remplacer avantageusement. Pour les jus de fruits, c’est « au maximum un verre par jour et pas tous les jours », dit la spécialiste.

Vive le « fait maison » !

Préparer soi-même les repas permet de prendre conscience des quantités de sucre. Sinon, il convient de réduire les « sucres ajoutés » des produits industriels cachés dans les céréales du petit-déjeuner, les compotes et certains produits laitiers. Et méfiance : certains produits qui affichent « sans sucres ajoutés » contiennent en fait des ingrédients ajoutés naturellement sucrés (moût de raisin, extraits de jus de fruits concentré, raisins secs…) qui peuvent apporter au final plus de sucre qu’on ne l’imagine.